Les conditions sont-elles réunies pour développer le e-commerce ?

Il est clair que l’absence d’un cadre réglementaire pouvait nous donner quelques difficultés à trouver les bonnes formulations, les bons codes d’activités ou la gestion de litiges, mais avec la base qu’apporte le projet de loi sur le e-commerce pour réguler tout cela, avec un taux de pénétration d’internet à plus de 48% en 2017 ainsi que l’adhésion du consommateur algérien au digital, et ce, dans différentes wilayas du pays, ce secteur peut très bien se développer malgré la complexité du marché.

Votre avis sur le dispositif législatif prévu à cet effet…

Le projet de loi sur le e-commerce apporte une base de travail très intéressante dans la mesure où ce dernier prend un élan très important dans l’économie nationale et représente aujourd’hui un canal de vente et de communication stratégique. Ce dispositif permettra de réguler l’activité de façon structurée et diminuera l’avènement des boutiques informelles qu’on voit aujourd’hui sur les réseaux sociaux, il apportera la protection nécessaire tant pour le consommateur que pour le commerçant. Il faudra par la suite développer davantage ce dispositif en précisant les différents rôles des acteurs dans le e-commerce producteurs, revendeurs intermédiaire de vente, etc. afin que les différents articles prévus dans le projet de loi puissent être structurés en adéquation avec chaque activité

Quid de la sécurité des transactions ?

Aujourd’hui, le e-paiement est encore en phase d’implémentation et de développement en Algérie, les banques prennent les dispositions nécessaires afin que les transactions établies soient cryptées et sécurisées aux normes internationales. Ceci dit, dans cette phase de transition, le consommateur privilégiera encore le mode de paiement cash à la livraison, car au-delà  de la sécurité des transactions il y a l’aspect de confiance à installer. Il y a tout un travail pédagogique à mettre en place afin de familiariser le consommateur algérien avec le paiement électronique et de le sensibiliser par rapport à sa valeur ajoutée pour l’économie et pour la gestion de son propre budget.
 



Lire l’article depuis sa source: elwatan.com

Commentaires

commentaires