Considérée comme l’une des plus grandes actrices du cinéma hindi actuel, la comédienne de 54 ans est morte accidentellement noyée dans sa baignoire à Dubaï samedi dernier. Son corps a été rapatrié mardi soir à Bombay.
Le public était venu en nombre hier matin pour dire ses adieux à la star dont la dépouille était exposée dans un club d’Andheri, cœur de l’industrie bollywoodienne, avant son incinération au cours d’une cérémonie privée, prévue pour l’après-midi. Dans la file d’attente encadrée par un important dispositif de sécurité, des fans tenaient des roses ou des photos de l’icône disparue. Certains avaient parcouru des centaines de kilomètres pour venir rendre un dernier hommage à l’actrice.

La mort de Sridevi a entraîné une pluie d’hommages à travers l’Inde, des milieux artistiques aux plus hautes sphères politiques du pays. Shree Amma Yanger Ayyapan, dite Sridevi, née le 13 août 1963 à Sivakasi au Tamil Nadu et morte le 24 février 2018 à Dubaï (Emirats arabes unis), est une actrice indienne. Elle a commencé sa carrière dès l’âge de quatre ans et tourne plus de 250 films tant en hindi, en tamoul, en
télougou qu’en malayalam, devenant l’actrice indienne la plus célèbre des années 1980… L’année 1989 la voit apparaître dans Chandni, une fantaisie de Yash Chopra, puis dans Chaalbaaz de Pankaj Parashar dans lequel elle interprète deux sœurs jumelles.

Ce double rôle lui permet de recevoir enfin le Filmfare Awards de la meilleure actrice, prix qu’elle obtiendra de nouveau deux ans plus tard pour sa prestation dans Lamhe de Yash Chopra. Elle y joue les rôles de la femme aimée vainement par Anil Kapoor, puis de sa fille dont il tombe également amoureux à son corps défendant. Comme elle l’avait fait dans Moondram Pirai et Sadma, Sridevi excelle dans l’interprétation d’une femme-enfant dans ce film sensible et impeccablement réalisé, considéré comme une des plus grandes réussites de Yash Chopra et que la critique encense.

Contrairement à l’habitude, malgré son échec commercial en Inde, il est couronné de cinq prix aux Filmfare Awards 1992.
Malgré quelques succès — Gumrah (1993), Laadla (1994) et Deva Raagam (1996) — les années suivantes sont surtout celles des échecs ou des demi-réussites, Sridevi se voyant progressivement éclipsée par Madhuri Dixit. Elle tourne Judaai (Raj Kanwar) en 1997 puis, comme il est de tradition pour les actrices indiennes, met un terme à sa carrière après son mariage.

Cependant Sridevi reste l’une des plus grandes stars du cinéma indien : ayant tourné dans des films en hindi, en tamoul, en télougou et en malayalam, elle s’est imposée. Après 15 ans d’absence, Sridevi fait un retour remarqué sur les écrans en 2012 avec English Vinglish, premier film de Gauri Shinde. Elle y interprète une mère de famille indienne expatriée aux Etats-Unis qui s’émancipe grâce à la fréquentation d’un cours d’anglais pour adultes.



Lire l’article depuis sa source: elwatan.com

Commentaires

commentaires