Le double tenant du titre, le Real Madrid, a souffert face à la Juventus Turin (3-0, 1-3) mais reste quand même favori pour la victoire finale en Ligue des champions, le 26 mai à Kiev.
Mais qui de l’AS Rome, du Bayern Munich ou de Liverpool le défiera en demi-finales ? L’UEFA, organisatrice de la reine des compétitions de club, répondra à cette brûlante question aujourd’hui à 12h, à l’occasion du tirage au sort des deux rencontres de prestige, qui seront disputées les 24 et 25 avril pour l’aller, les 1er et 2 mai pour le retour.

Les affiches seront de toute façon alléchantes entre quatre représentants des quatre plus grands championnats européens (Espagne, Angleterre, Allemagne, Italie), deux épouvantails et deux relatives surprises, dont l’une, l’AS Rome, a réussi une remontée fantastique face au grand Barcelone (1-4, 3-0). Il y a d’abord le Real Madrid, donc, son palmarès extraordinaire (12 Ligues des champions, un sacré record) et sa réussite sur la scène continentale depuis qu’il est coaché par Zinédine Zidane.

Le Ballon d’Or 1998 n’a pour l’instant pas connu l’élimination en Ligue des champions, dont son Real est double tenant du titre. Ce n’est toutefois pas passé loin mercredi face à une grande Juventus Turin, pas loin d’imiter la «Romantada» de son homologue de Serie A l’AS Rome la veille : l’aller a été totalement dominé par le Real (3-0), avec notamment un retourné lunaire de Cristiano Ronaldo. Mais les Turinois l’ont sacrément bousculé au Bernabeu, avec un doublé du Croate Mario Mandzukic (2e, 37e) et un but de Blaise Matuidi (61e). Il a fallu l’exclusion de Gianluigi Buffon, jusque-là impérial, et un penalty transformé par Cristiano Ronaldo dans le temps additionnel, pour qualifier le Real (score final 1-3).

Avoir accroché le scalp d’éliminer le FC Barcelone après une belle remontada, l’AS Rome vise plus haut. «On doit viser Kiev (la finale)», a dit mardi l’entraîneur Eusebio Di Francesco. A Liverpool aussi, les supporters peuvent croire à quelque chose de grand. Les Reds peuvent s’appuyer sur leur glorieux passé (5 Ligues des champions au compteur, dont une gagnée aux tirs au but lors de la plus belle finale de l’épreuve, le 3-3 contre le Milan AC en 2005).

Dernier prétendant à la victoire : le Bayern Munich. Pas forcément brillant contre Séville, mais jamais vraiment inquiété non plus (2-1, 0-0), le tout frais champion d’Allemagne est un habitué des sommets européens. Sur les dix dernières saisons, il s’est qualifié 7 fois pour les demi-finales, contre 8 pour le Real.

Et si les deux géants étaient opposés à ce stade cette saison ? «J’ai dit qu’une victoire du Bayern en finale serait une sensation, et je reste sur cet avis», a temporisé l’expérimenté entraîneur Jupp Heynckes. «On a vu avant-hier à Rome que tout était possible, de nos jours on ne peut sous-estimer aucune équipe au niveau des quarts de finale.»



Lire l’article depuis sa source: elwatan.com

Commentaires

commentaires