Hadj Tayeb est un poète doublé d’un calligraphe. Il écrit dans sa langue maternelle, c’est-à-dire le chaoui, une variante du tamazigh. Il a été derrière le succès du chanteur Djamel Sabri dit «Djo».
C’est lui qui a écrit les paroles des tubes Bachtola et Ahellak (qu’on peut traduire par Le Grand, c’est-à-dire Dieu). Hadj Tayeb est né dans la bourgade de Sidi R’ghiss, située à quelques encablures de la ville d’Oum El Bouaghi. Ses dernières études, il les a faites au lycée polyvalent de Aïn Beïda. C’est dans cet établissement qu’il a appris les rudiments de la musique, grâce à son professeur Slimane Ferradj, il est connu comme chanteur du genre chaâbi.

Quand s’est faite sa rencontre avec la poésie ? «C’est durant mes études secondaires que j’ai commencé à composer des poèmes en chaoui».

En même temps, j’ai appris à jouer à la guitare. En 1976, j’ai écrit pour le chanteur Abderrazak Guerah. Parmi les chansons, je cite Moul chach amellal (L’homme au turban blanc), ou encore El mehfel jeba.

Pour diverses raisons, le groupe s’est disloqué et j’ai dû former un autre appelé judicieusement «Les Berbères» où j’ai engagé «Djo» comme chanteur, répond-il. Hadj Tayeb ne se limite pas seulement à écrire des chansons, mais compose aussi de longs poèmes en tamazight qu’il déclame quand l’occasion se présente. Il l’a déjà fait à Batna, Sétif, Béjaïa, Alger, Jijel, Bouira et Khenchela.

Il nous apprend qu’il a écrit au moins 500 poèmes, aussi bien en arabe algérien qu’en tamazight, mais qu’il n’a pas daigné publier. Cela ne l’empêche pas de préparer un dictionnaire trilingue : Berbère-Arabe-Français qui facilitera aux profanes de saisir et de comprendre la langue amazighe. Comme il a traduit des chants patriotiques de l’arabe au berbère. Il cite Mine Djibalina, Watani, Chaâb El Djazaïr Mouslimoune.

Pour gagner sa vie, Hadj Tayeb s’est spécialisé dans la confection et la fabrication d’enseignes pour les magasins, les édifices publics et les commerces. Il travaille aussi bien le bois que le plastique ou le tissu. «La calligraphie est mon autre passion et elle me fait vivre», a-t-il  confié.   



Lire l’article depuis sa source: elwatan.com

Commentaires

commentaires