Au lendemain des déclarations de Noureddine Saâdi lequel avait ouvert le feu sur l’ancien dirigeant Yazid Yarichène, pour s’être immiscé, selon lui, dans son travail, l’homme d’affaires kabyle, qui réside depuis quelques temps en France, a pris attache avec nous pour répondre à l’actuel entraîneur des Canaris. D’après Yarichène, si Saâdi avait accepté de revenir à la JSK, c’est pour gagner de l’argent. A ce sujet, il dira : « Il estime qu’il était revenu pour aider la JSK et qu’il aime cette équipe. En vérité, il est venu pour empocher de l’argent. Sinon pourquoi il a encaissé 400 millions de centimes avant même d’entamer sa mission. Il aurait pu travailler quelque temps avant de penser à son argent.»

«Il a encaissé deux mois d’avance, cela veut dire quoi ?»
En allant encore plus loin, Yazid Yarichène déclare que Noureddine Saâdi, et pour assurer ses arrières, a pris deux mois d’avance avant de prendre l’équipe en main : « Pour que les gens sachent, Saâdi a encaissé deux mois d’avance, soit 400 millions (200 millions par mois). Donc, il n’est pas bien placé pour nous faire la morale. »

«Je suis propre, je n’ai jamais trafiqué quoi que ce soit»
Lors de l’interview accordée à El Heddaf, l’entraîneur Saâdi avait déclaré qu’il n’a jamais essayé de comprendre si Yarichène avait des voitures belles ou pas ni elles ont été trafiquées. Cela a interpellé Yazid qui a rétorqué : « Je suis propre, tout le monde me connît, je n’ai jamais trafiqué de voitures. Qu’il n’essaye pas de me coller des étiquettes. Les supporters de la JSK me connaissent, ils me respectent tous.»

«Oui, je voulais présider la JSK mais on m’a barré la route»
D’après Saâdi, Si Yarichène n’avait pas quitté la JSK, il aurait été président aujourd’hui, à la place de Mellal. Mais d’après l’homme d’affaires, plusieurs personnes ont tout faite pour lui barrer la route : « Je ne me suis pas enfui comme le prétendait Saâdi, je voulais présider la JSK mais on m’a barré la route. Voilà la raison qui a fait que je ne sois pas président aujourd’hui. »

«J’ai travaillé bénévolement dans cette équipe, j’ai dépensé sans compter»
Nul ne pourra nier que Yazid Yarichène avait aidé la JSK à l’époque de Mohand Chérif Hannachi. Il a participé à plusieurs recrutements sans parler des primes qu’il accordait aux joueurs. Il estime d’ailleurs qu’il a toujours travaillé bénévolement à la JSK sans contrepartie : « Tout le monde le sait, les supporters peuvent en témoigner. J’ai travaillé bénévolement à la JSK. J’ai dépensé sans compter pour une seule chose, j’aime cette équipe. Je ne pouvais tourner le dos à la JSK. »

«Jamais je me suis permis de m’immiscer dans le travail des entraîneurs»
L’autre déclaration sur laquelle Yarichène a insisté concerne sa relation avec les précédents entraîneurs. Il s’explique : « Ecoutez, je n’ai jamais parlé des entraîneurs et je ne me suis jamais immiscé dans leur travail. Je ne suis pas du genre qui critique les entraineurs sur le plan tactique. Je dis à Saâdi que je suis quelqu’un qui connait bien la JSK, détrompez vous. »

«Bourahli et Bencheikh, ce sont deux grands joueurs mais il devait donner l’exemple avec Fergani ou Menad»
Pour secouer Djabout, Noureddine Saâdi l’avait comparé à l’un des meilleurs attaquants algériens, Bourahli. Il a même cité Bencheikh comme exemple puisque, selon lui, a été l’un des stars du MCA. Mais cela a fait réagi Yazid qui dira : « Bourahli et Bencheikh, ce sont certes de très grands joueurs mais Saâdi devait donner l’exemple avec un ancien Canari puisqu’il y en a tellement, à l’image de Menad et Fergani. »

«Ne vous inquiétez pas, Bencheikh ne dira pas de mal de vous sur le plateau»
Avant de conclure, Yarichène qui n’a pas compris le fait que Saâdi ait cité Bencheikh comme exemple : « Ne vous inquiétez pas, Bencheikh ne dira pas de mal de vous sur le plateau. »
 

Publié dans : bencheikh JSK Menad Yarichene Saâdi.



Lire l’article depuis sa source: lebuteur.com

Commentaires

commentaires