Le monde de la chanson française pleurait mardi la disparition brutale de la chanteuse belge Maurane, retrouvée morte lundi soir à son domicile de Bruxelles, alors qu’elle venait d’amorcer à 57 ans son retour sur scène après plus de deux ans d’absence.
 
Maurane, connue depuis la fin des années 1980 pour sa participation à une nouvelle version de la comédie musicale «Starmania» coproduite par Michel Berger, avait dû mettre sa carrière entre parenthèses en 2015 à cause de «problèmes de cordes vocales», selon l’agence de presse Mais elle venait d’amorcer son retour, annoncé avec enthousiasme ces derniers jours sur les réseaux sociaux. «Aujourd’hui, je remets officiellement les pieds sur une scène après plus de deux ans d’absence. Je ne vous dis pas dans quel état je suis», écrivait-elle jeudi dernier sur sa page Facebook, avant une soirée consacrée à Jacques Brel en Wallonie. Samedi et dimanche à Bruxelles, elle avait chanté du Brel en duo avec d’autres artistes à l’occasion d’un mini-concert puis d’un festival en plein air devant des milliers de personnes.
Maurane, qui avait sorti son premier 45 tours en 1980 et onze albums depuis lors, préparait une tournée programmée pour le printemps 2019, dans la foulée d’un nouveau disque consacré à Brel pour le 40e anniversaire de sa mort, à l’automne prochain.

«Côté album, les choses avancent bien puisque 14 maquettes sont enregistrées (…). Un premier single devrait sortir dans le courant de cet été», ajoutait Maurane sur Facebook.
Née le 12 novembre 1960 à Ixelles d’une mère pianiste et d’un père directeur d’une académie de musique, Claudine Luypaerts, la future Maurane, avait grandi à Scharbeek, autre commune de Bruxelles à laquelle elle est restée fidèle. Le bourgmestre (maire) de la commune Bernard Clerfayt, joint par l’AFP, s’est dit «très affecté par cette disparition inopinée, surprenante». «C’est une personne très attachante, une très belle artiste, même si elle a eu des hauts et des bas dans sa carrière», a ajouté l’élu, dont le fils était camarade de classe en primaire de Lou, la fille de Maurane, née en 1993.



Lire l’article depuis sa source: elwatan.com

Commentaires

commentaires