Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont mené, dans la nuit de vendredi à samedi, une centaine de frappes contre la Syrie sans mandat des Nations unies, prenant ainsi le risque de donner encore du grain à moudre aux tenants de l’islamisme radical dans le monde arabe.
Aussi l’attaque a-t-elle suscité un vent de réprobation à travers le monde. Pour de nombreux pays et ONG internationales de défense des droits de l’homme, il s’agit de «frappes illégales». Les Occidentaux se sont, quant à eux, serré les coudes et ont soutenu le raid antisyrien. 

Le président américain, Donald Trump, a soutenu vendredi soir que l’opération militaire était destinée à «punir» Damas, qu’il accuse, sans néanmoins en fournir la preuve, d’avoir attaqué la semaine dernière des civils à l’arme chimique.

Une attaque qui aurait fait «jusqu’à 75 morts» dans la ville rebelle de Douma samedi 7 avril. Donald Trump s’est juste contenté de dire que les Etats-Unis avaient la preuve que des armes chimiques avaient été utilisées.

Les Russes et les Syriens parlent quant à eux de «mise en scène». Les frappes occidentales contre la Syrie ont été menées alors qu’une équipe de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) se trouvait justement à Damas pour faire la lumière sur l’attaque chimique présumée.

Le locataire de la Maison-Blanche a encore promis sur un ton menaçant que l’opération durerait «aussi longtemps qu’il le faudra» et mis en garde l’Iran et la Russie contre leurs liens avec la Syrie. Donald Trump a exhorté, par ailleurs, Moscou «à quitter la voie sinistre du soutien à Al Assad», affirmant que la Russie «a trahi ses promesses» sur l’élimination des armes chimiques. Il a estimé que le sort du régime est entre les mains des Syriens.

De Londres, la Première ministre britannique, Theresa May, a soutenu qu’il n’y avait «pas d’alternative à l’usage de la force pour dégrader et empêcher le recours à des armes chimiques par le régime syrien». «C’est un message clair» contre l’usage des armes chimiques, a-t-elle soutenu.

De son côté, le président français, Emmanuel Macron, a justifié le raid contre la Syrie par son refus de «tolérer la banalisation de l’emploi d’armes chimiques».

Les Occidentaux se serrent les coudes

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), les frappes occidentales ont visé des bases militaires et des centres de recherche scientifique dans et autour de la capitale syrienne Damas. Un responsable américain, s’exprimant sous couvert de l’anonymat, affirmé que des avions de combat avaient participé aux frappes.

Le ministère britannique de la Défense a confirmé aussi avoir frappé un «complexe militaire» près de Homs, à l’ouest de la Syrie. «La contribution britannique à l’action coordonnée a été réalisée par quatre avions de chasse Tornado GR4 de la Royal Air Force», a précisé le ministère dans un communiqué.

La même source a souligné que l’attaque avait pour but également de détruire «ce qui reste de l’arsenal chimique syrien». Tout comme Israël, le Canada et l’Allemagne, la Turquie a qualifié les frappes occidentales visant le régime syrien de «réaction appropriée» et «nécessaire».

Aussitôt l’attaque lancée, Damas a dénoncé une «agression américaine barbare et brutale (…) en coopération avec la France et la Grande-Bretagne», estimant qu’elle était «vouée à l’échec». «L’agression tripartite contre la Syrie est une violation flagrante du droit international (…). Elle vise à entraver l’enquête de l’OIAC, mais elle sera vouée à l’échec», a rapporté l’agence officielle Sana.

Les Russes scandalisés

De son côté, le Kremlin a dénoncé «avec la plus grande fermeté» ces frappes. «La Russie dénonce avec la plus grande fermeté l’attaque sur la Syrie, où des militaires russes aident le gouvernement légitime à lutter contre le terrorisme», a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

Le ministre russe des Affaires étrangères a soutenu dans la foulée que l’attaque avait pour but de saborder le processus de paix en Syrie. «Un coup a été porté contre la capitale d’un Etat souverain qui a tenté, pendant de nombreuses années, de survivre au milieu d’une agression terroriste», a écrit sur Facebook la porte-parole du ministère, Maria Zakharova. Elle a ajouté que les frappes en question interviennent «au moment où elle avait une chance d’avoir un avenir pacifique».

L’ambassadeur de Russie à Washington, Anatoli Antonov, a, quant à lui, averti que l’opération militaire contre la Syrie revient à «insulter le président russe», un acte qui sera suivi de conséquences.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, dont le pays est allié à la Syrie, a déclaré pour sa part que «les Etats-Unis et leurs alliés, sans aucune preuve et avant même une prise de position de l’OIAC, ont menée cette action militaire (…) contre la Syrie», ajoutant qu’ils «sont responsables des conséquences régionales de cette action aventuriste».

«Cette agression vise à compenser l’échec des terroristes» dans la Ghouta orientale, qui vient d’être reprise par l’armée syrienne et ses alliés, ajoute le texte qui dénonce une «violation claire des règles et des lois internationales», a poursuivi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.

Les calculs américains

Comme pour minimiser l’impact du raid occidental sur le terrain, le ministère russe de la Défense a néanmoins annoncé qu’aucune des frappes occidentales n’avait atteint les abords des bases aérienne et navale russes sur le territoire syrien, précisant que les Etats-Unis et leurs alliés ont tiré plus de 100 missiles sur la Syrie et qu’«un nombre significatif (71, ndlr)» d’entre eux avait été intercepté par les forces syriennes. Il a ajouté qu’aucune victime n’était à déplorer.

Cela peut vouloir dire aussi que les Occidentaux ont choisi une «riposte» mesurée pour limiter au minimum le risque d’escalade internationale.

Le constat amène d’ailleurs de nombreux spécialistes à soutenir l’idée que les Occidentaux ont beaucoup plus cherché à travers leur action militaire à restaurer leur «autorité» et leur «crédibilité» au Proche-Orient, une région où ils avaient perdu pied. «Etant donné les lignes rouges tracées par Donald Trump et Emmanuel Macron, l’attaque limitée était essentielle pour ne pas perdre la face», indique un spécialiste qui pense que «les Occidentaux vont maintenant s’appuyer sur cette crédibilité restaurée pour essayer de revenir dans le jeu régional».

Autrement dit, les Occidentaux ont pris le risque d’une déflagration régionale pour retrouver la possibilité d’avoir leur mot à dire quant à la recherche d’une solution au conflit syrien que Moscou,

Téhéran et Damas ont remporté sur le terrain. Une solution qui intègre, comme on peut s’en douter, l’équation israélienne (lire notre entretien en page 10). Mais dans tous les cas, les Occidentaux ont joué avec le feu dans une région qu’un rien peut transformer en brasier.
 



Lire l’article depuis sa source: elwatan.com

Commentaires

commentaires