La porte-parole de la diplomatie russe a demandé, hier, à Londres, de révéler l’état de santé des animaux domestiques de la famille Skripal, l’ex-espion russe retrouvé empoisonné avec sa fille Ioulia il y a un mois, estimant que ces éléments ne sont pas anodins.
«Nous disposons d’informations crédibles selon lesquelles les Skripal avaient chez eux des animaux domestiques (…). Où se trouvent ces animaux maintenant ? (…) Dans quel état se trouvent-ils ? Pourquoi la partie britannique a passé ce fait sous silence ? Il s’agit d’organismes vivants et s’il y avait des agents toxiques dans la maison, ces organismes vivants ont dû en souffrir», a déclaré Maria Zakharova lors de sa conférence de presse hebdomadaire. «Cela a un rapport direct avec l’affaire, s’il s’agit bien d’agents toxiques chimiques et vu que plusieurs versions — de l’empoisonnement — relient celui-ci à la maison où vivaient les Skripal», a souligné la porte-parole.

Citée par la presse russe, la nièce de Sergueï Skripal a indiqué qu’ils avaient des cochons d’Inde et des chats. L’ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inanimés sur un banc de Salisbury, dans le sud de l’Angleterre, le 4 mars dernier. Ils sont toujours hospitalisés, Sergueï Skripal dans un état «critique» mais stable, tandis que l’état d’Ioulia Skripal s’est amélioré. La police a établi que Sergueï Skripal et sa fille avaient eu le premier contact avec l’agent innervant au domicile de l’ex-espion, après avoir trouvé la plus forte concentration de l’agent sur la porte d’entrée de la maison. Londres a imputé cet empoisonnement à Moscou, expulsant des diplomates russes et annonçant le gel des relations bilatérales en représailles. Une vingtaine de pays ont soutenu le Royaume-Uni, expulsant à leur tour des diplomates russes. La Russie, qui rejette catégoriquement toute implication dans cet empoisonnement, a riposté en prenant des mesures similaires, dans ce qui est la plus grosse vague historique d’expulsions croisées de diplomates — au total environ 300 — entre la Russie et des pays occidentaux.
 



Lire l’article depuis sa source: elwatan.com

Commentaires

commentaires