Tafghulit est le titre du deuxième album de caricatures en tamazight que vient d’éditer Kamel Bentaha aux éditions Asirem.
Dans cet ouvrage, vendu à 500 DA l’exemplaire et préfacé par Fahim Messaoudene, l’artiste-bédéiste, natif de Cheurfa, dans la commune d’Azazga, (Tizi Ouzou), porte son regard sur la société algérienne, décortiquant divers thèmes qui nous renvoient avec humour aux comportements du citoyen, les relations conjugales, le code de la famille, la politique, l’intégrisme et autres planches croustillantes en couleurs légendées dans sa langue maternelle.

Le choix n’est pas fortuit pour l’auteur, qui milite pour le développement du tamazight dans tous ses aspects. «C’est pour l’enrichir, d’autant plus qu’il est devenu langue nationale et officielle.

Pour le faire vivre, nous devons le travailler, produire davantage afin d’étoffer  la bibliothèque de la langue amazighe.  Je me fais un devoir de donner la priorité à ma culture avant toute autre», nous dit Kamel Bentaha, dont la bande dessinée (BD) Azzi akked Azzul (Le rouge-gorge et le protégé de sa mère), une histoire pour les enfants, avait décroché le premier prix du Jeune talent au Festival international de la bande dessinée d’Alger (FIBDA) en 2016.
Un bonheur pour les «kids»

Selon lui, l’histoire est mieux assimilée par les chérubins quand elle est racontée dans leur langue maternelle. «L’enfant s’y retrouve facilement et le message arrive à la première lecture, car il découvre dans la BD en tamazight ce qu’il vit, sa société, son environnement. C’est également une façon de lui faire aimer sa langue et sa patrie», ajoute le jeune artiste, en évoquant ses œuvres.

Autodidacte, Kamel Bentaha a débuté dans cet art au journal Le Pays (Tamurt), premier hebdomadaire ayant introduit le tamazight dans ses colonnes dans les années 1990.

Il collabore également au journal Les nouvelles confidences, le magazine pour enfants Nanou, avant de se lancer dans l’édition, avec Amicalement vôtre (2013), Akejmamar et deux  BD en arabe pour des campagnes de sensibilisation à la demande de la DJS et de l’Algérienne des eaux. En projet, une BD en tamazight intitulée Ouchen dumekssa (Le chacal et le berger), en collaboration avec le chanteur Zayen.



Lire l’article depuis sa source: elwatan.com

Commentaires

commentaires