Le Premier ministre Ahmed Ouyahia s’est montré irrité par le traitement réservé par la presse indépendante, à la dernière sortie du président Bouteflika dans la capitale.
« Vous demandez où est passé le Président et lorsque il sort vous dites il vient faire ses adieux …c’est regrettable », a déclaré Ouyahia  lors de la conférence de presse qu’il a animée samedi au CIC d’Alger. Il a ajouté en s’adressant  au journaliste d’El Khabar : « Vous n’êtes plus un journal, d’ailleurs votre chroniqueur Saad Bouakba est membre de l’Icso ». 

 

Une réponse pour le moins inappropriée de la part du premier ministre. Celui-ci, visiblement perturbé par la question relative aux « adieux de Bouteflika », il renchérit : « certains (en désignant le chef de l’Etat Ndlr) parlent de poupée cachée. C’est ça l’information ? C’est tragique ! ». Le plus important pour le pouvoir algérien, selon Ouyahia, est que « Le peuple était heureux de voir son président (…) ».

 

Le premier ministre a jugé prématuré d’évoquer le départ de l’actuel chef de l’Etat dont le mandat prend fin en avril 2019. « Laissez-le présider, nous avons besoin d’un chef pour nous guider… », dit Ouyahia en parlant de Abdelaziz Bouteflika. 

 

Lire aussi : Bouteflika suscite compassion et indignation



Lire l’article depuis sa source: elwatan.com

Commentaires

commentaires