Avant que le ballon rond ne captive le monde entier, dans quelques semaines, lors du Mondial de Russie, c’est la petite balle jaune qui sera en vedette aujourd’hui du côté de la porte d’Auteuil, à Paris.
Une quinzaine (du 27 mai au 10 juin) qui pourrait bien consacrer l’inusable Rafael Nadal pour sa 11e victoire à Roland-Garros.
Dans son jardin parisien, l’Espagnol s’avancera dans le tournoi paré du statut de grandissime favori. En raison premièrement de l’affinité que le Majorquin éprouve pour ces internationaux de France et pour sa surface ocre.

Mais surtout grâce à un tirage au sort qui lui est particulièrement favorable. Dans sa partie de tableau, hormis un Richard Gasquet dans un grand jour qui pourrait se présenter au troisième tour et un Marin Cilic (n°4) en demie, la voie jusqu’en finale est favorablement dégagée pour le n°1 mondial.

Si on ajoute à cela les absences de Roger Federer (n°2), qui a décidé de faire l’impasse pour la seconde année consécutive, et Andy Murray, demi-finaliste en 2017, on voit difficilement qui pourrait venir contrecarrer les ambitions du maître incontesté de l’épreuve.

Dans la partie basse du tableau, lieu du probable futur adversaire du Majorquin, quelques confrontations explosives sont à prévoir. On y retrouvera Novak Djokovic et la relève talentueuse du tennis mondial. Si Rafa a eu ce petit coup de chance au tirage, le Serbe devra en revanche éviter les écueils que sont Dominic Thiem (n°8), Alexander Zverev (n°3), David Goffin (n°9) ou encore Grigor Dimitrov (n°4) pour espérer s’offrir un nouveau sacre après celui remporté en 2016.

Côté féminin, le jeu paraît plus ouvert et équilibré. La déroutante Jelena Ostapenko (n°5), qui avait surpris tout le monde en s’imposant à Paris, aura du mal à conserver son trophée.

Pour réitérer l’exploit de 2017, Ostapenko aura fort à faire avec Elina Svitolina (n°4), en quart, et Carol Wozniacki (n°2), en demie. Autant dire que la partie s’annonce assez compliquée pour la jeune athlète de 20 ans qui pourrait toutefois retrouver en finale Simona Halep (n°1), sa victime de l’an passé, puisque le hasard a voulu que les deux tenniswomen ne puissent se croiser avant cette échéance.

Cette fois-ci sera-t-elle enfin la bonne pour la n°1 mondial après deux échecs en 2014 et en 2017 ? Cette troisième tentative pourrait être couronnée de succès si la Roumaine réussit à franchir, en quart, l’obstacle Caroline Garcia (n°7) puis en demie Karolina Pliskova (n°6) ou Garbine Muguruza (n°3), qui fût victorieuse à Roland-Garros en 2016.

Richement doté, le plus grand tournoi sur terre battue au monde permettra à chacun des deux vainqueurs de percevoir la coquette somme de 2,2 millions d’euros (+4,76%) tandis que leurs malheureux adversaires se consoleront avec un chèque de 1,12 million d’euros (+5,66%).
 



Lire l’article depuis sa source: elwatan.com

Commentaires

commentaires