Télécharger PDF Visualiser

Alger accueillera dans peu de temps une rencontre tripartite sur la Libye entre le président Bouteflika, le président égyptien Al Sissi et le président tunisien Caid Essebci, a révélé hier le leader du mouvement Ennahda, Rached Ghannouchi à l’agence turque Anatolie.Ce sommet sera précédé par une rencontre des ministres des Affaires étrangères des trois pays à Tunis. Ghannouchi a confirmé avoir organisé, chez lui à Tunis, une rencontre entre le directeur de cabinet de la présidence, Ahmed Ouyahia, et un dirigeant islamiste libyen, Ali Shalabi, proche de la mouvance islamiste mais se refuse, selon l’agence turque, à en dévoiler la teneur.
Le ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, a réitéré dimanche à Alger la position constante de l’Algérie pour un règlement politique de la crise libyenne, en rappelant ses efforts continus loin de toute ingérence extérieure, a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.
A l’issue d’une audience accordée à une importante délégation libyenne représentant le commandement de l’opération Al Bounian El Marsous, composée notamment d’officiers supérieurs et conduite par son porte-parole, le général Mohamed Al Ghasri, M. Messahel a réaffirmé « la position constante » de l’Algérie pour un règlement politique de la crise en Libye. Le ministre, a ajouté la même source, a rappelé les efforts continus de l’Algérie, « loin de toute ingérence extérieure », pour le règlement de cette crise.
La visite de la délégation libyenne, qui s’inscrit dans le cadre des concertations sur les derniers développements de la situation en Libye, notamment sur les plans politique et sécuritaire, fait suite aux différentes rencontres en Algérie de responsables politiques, de parlementaires, et autres représentants libyens, à la lumière des efforts de l’Algérie sur la voie d’un dialogue interlibyen, lit-on également dans le communiqué : « L’entretien a porté en particulier sur les voies et moyens visant au renforcement du dialogue inclusif, dans le cadre de la dynamique de la solution politique consensuelle et de la réconciliation nationale », a précisé le texte.
Pour leur part, les membres de la délégation libyenne, qui ont fait un exposé sur les opérations militaires et la libération de la ville de Syrte, ont salué le rôle actif et constant de l’Algérie en faveur de la solution politique dans le cadre de l’accord politique libyen du 17 décembre 2015. 



Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

Commentaires

commentaires