Le document a été paraphé par le président du COA, Mustapha Berraf et celui de Hongrie, Krisztián Kulcsár, au Musée olympique à Alger

Le protocole porte dans un premier temps sur des échanges entre les Equipes nationales de quatre disciplines olympiques (individuelles), des jeunes talents, et plus tard, ce sera le sport scolaire.

Le Comité olympique et sportif algérien et son homologue de Hongrie ont signé, avant-hier à Alger, une convention-cadre de coopération, s’étalant sur le mandat olympique (2018-2021) et portant sur plusieurs aspects, en prévision des prochaines échéances internationales.
Le document a été paraphé par le président du COA, Mustapha Berraf et celui de Hongrie, Krisztián Kulcsár, au Musée olympique à Alger, en présence de Pal Schmitt, ancien président de la République hongroise et ex-président du Parlement hongrois et vice-président du Parlement européen, de l’ambassadrice de Hongrie en Algérie, Mme Helga Katalin Prits, et des membres du bureau exécutif du COA et de mouvement sportif algérien.
«Le protocole porte dans un premier temps sur des échanges entre les Equipes nationales de quatre disciplines olympiques (individuelles), des jeunes talents, et plus tard, ce sera le sport scolaire. Il est aussi question d’échanges liés aux académies ainsi qu’au niveau des relations internationales», a expliqué Berraf, ajoutant que l’opportunité est offerte au sport algérien pour s’inspirer du modèle du sport et de l’olympisme en Hongrie.
Les sports intégrés dans la convention sont: la Lutte, la natation, l’escrime et la gymnastique qui devraient permettre aux athlètes algériens de pouvoir côtoyer leurs homologues de Hongrie surtout dans ces disciplines.
D’ailleurs, la délégation algérienne de lutte concernée par le Championnat du Monde prévu en octobre prochain à Budapest est «invitée à séjourner dans cette ville, durant deux semaines avant le coup d’envoi de la compétition, où toutes les commodités et les meilleures conditions lui seront réunies», a révélé, Schmitt.
A travers cet accord de coopération, le Comité olympique et sportif algérien (COA) veut faire profiter le sport algérien de l’expérience hongroise, notamment, en matière de préparation des athlètes, d’encadrement technique et aussi dans l’organisation des grands évènements. De son côté, le président du Comité olympique hongrois, Krisztián Kulcsár a qualifié de «très important», l’accord signé avec le COA. «La convention entre le COA et notre comité olympique est très importante pour les deux parties, car notre souci majeur est allé envers les athlètes et leurs entraîneurs qui sont la source de réussite d’un Comité olympique national. On doit travailler pour améliorer les conditions de travail de ces derniers. On va arrêter communément un calendrier de travail avec la même perception d’ici les Jeux olympiques de Tokyo en 2020», a indiqué Kulcsár, assurant que cet accord ne doit pas rester dans les tiroirs. Interrogé sur l’intérêt de cette convention pour son pays, le président du COH a assuré qu’elle va apporter beaucoup de chose au sport hongrois mais également à l’Algérie. «Vous avez beaucoup d’atouts que la Hongrie ne possède pas. Vous avez une réputation dans des sports, où nous sommes moins performants, comme l’athlétisme (par exemple). Vous avez aussi des lieux d’entraînement en altitude que nous cherchons pour nos athlètes qui préparent des échéances internationales. C’est dans ces domaines que nous allons axer notre coopération», a expliqué le président du COH.
Membre fondateur du CIO (Comité international olympique), la Hongrie est une grande nation de sport qui a donné un nombre important de champions du monde et olympique dans plusieurs disciplines sportives à l’instar de Pal Schmitt, double champion olympique en 1968 (Mexico) et 1972 (Munich), et Krisztián Kulcsár, médaillé d’argent en escrime aux Jeux olympiques de Barcelone 1992 et Athènes 2004, champion du monde et d’Europe dans sa spécialité et président du Comité olympique hongrois depuis mai 2017.



Lire l’article depuis sa source: lexpressiondz.com

Commentaires

commentaires