Youss de son vrai nom Youcef Seddas, est un jeune artiste algérien très doué qui a su tracer son chemin grâce à sa détermination et l’exploitation de son don. Chanteur, auteur, compositeur, ses influences rap sont toujours présentes, mais rechargées d’une bonne dose de reggae et des musiques du bled. Il est considéré par beaucoup comme étant le meilleur ambassadeur du reggae hip-hop algérien. A l’occasion de la sortie prochaine de son nouvel album, cet artiste originaire d’Alger a accordé à L’Expression un entretien dans lequel il parlera de sa carrière et notamment de sa musique

L’Expression: Votre carrière d’artiste a débuté quand?
Youcef Seddas:
Ma carrière d’artiste a commencé à la fin des années 80 (88 – 89) à Alger, où je suis né, le 31 décembre 1974 à l’âge de 14 ans

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué durant votre parcours?
Ce qui m’a le plus marqué, c’est la difficulté de faire entendre ma voix, notamment quand on propose des paroles qui traduisent la réalité de la société, quand on dit des choses vraies, ça tout le monde le sait, mais difficile de le faire entendre.

Combien d’albums avez-vous réalisé?
Deux albums chez Sony Music avec le groupe «Intik» et deux albums en solo chez Dounia Edition en Algérie. Je travaille actuellement sur mon 5e album «Bricology» que je produis et réalise moi-même.

Pourquoi avoir choisi la France pour votre dernier album qui sortira en janvier?
L’album va sortir partout dans le monde, à l’heure du numérique, pas seulement en France.

Quels artistes vous ont le plus influencé?
D’abord, il y a la musique algérienne; El Hachemi Guerouabi, El Anka, Amar Ezzahi, Aziouez Rais, Sid Ali Lekkam, Mohamed Touri, Boutaïba Sghir, Fadela Dziria…
Puis des artistes du monde comme Bob Marley, Curtis Mayfield, les Pink Floyd, The Beatles, Aretha Franklin, Denis Brown, Michael Jackson.

Votre musique est une fusion entre deux styles, comment l’idée est venue?
Mes influences musicales viennent d’un peu partout dans le monde, «Bricology» est un album aux différentes facettes, il raconte l’humeur d’un homme, d’où cette fusion et le choix de ces deux styles.

Que peut-on espérer dans votre futur artistique?
La réussite. Je ne suis pas né dans une famille d’artistes comme beaucoup, je suis le seul chanteur dans la famille et la réussite est un facteur nécessaire pour ma carrière, mais je pense que je suis le premier d’une longue lignée puisque mon enfant de 8 ans s’est déjà lancé dans la chanson.



Lire l’article depuis sa source: lexpressiondz.com

Commentaires

commentaires