Originalité et humour au menu

Outre M. Slibard et sa femme, ses personnages fétiches, l’artiste expose une quinzaine d’oeuvres en format digital où il explore différents sujets et thèmes sociopolitiques qu’il questionne avec une forte dose d’humour et facéties et c’est jusqu’au 12 mai chez Issue 98.

SVEN est un nom peu commun. Ce prénom scandinave également répandu dans certains pays germaniques signifie jeune homme. Il est surtout celui d’un artiste invité de première classe chez Brokk’Art, qui revient cette fois pour exposer ses oeuvres d’art insolites aussi bien incongrues, drôles qu’iconoclastes à l’Espace Issue 98. Outre M. Slibard et sa femme, ses personnages fétiches, Svën expose une quinzaine d’oeuvres en format digital où il explore différents sujets et thèmes que ce soit en relation avec la religion, le sport, la politique, la société et le couple, bref! Tout passe au crible de l’humour et de la fantaisie pour dire des choses essentielles, des plus pertinentes. Son travail repose essentiellement sur le détournement. Que ce soit sur le plan formel ou du contenu. Que de facéties et de discours s’en révèlent avec drôlerie! Quand on voit un Mickey avec une moustache qui rappelle celle d’Hitler en donnant à l’oeuvre un titre comme Mickey Raus, tout porte à croire que l’artiste fait référence à Erhard Raus (8 janvier 1889 – 3 avril 1956) qui était un général autrichien du IIIe Reich pendant la Seconde Guerre mondiale. Ici la gentille créature de Disney se métamorphose en un monstre au service de la destruction d’une partie de l’humanité. La cruauté ici n’a d’égal que cette idée stupide qu’est la notion de guerre qui contraste avec la bonté et naïveté d’un Mickey mouse.
Autre image parlante est celle du fameux tableau La Cène (terme issu du latin cena, «repas du soir, dîner»), le nom donné dans la religion chrétienne au dernier repas que Jésus-Christ prit avec les 12 apôtres le soir du Jeudi saint, avant la Pâque juive, peu de temps avant son arrestation, la veille de sa crucifixion, et trois jours avant sa résurrection. Que voyons-nous dans le tableau de Svën? une grande table en bois dans laquelle est assis à gauche un cow-boy, à droite Napoléon et au milieu un clown. Napoléon a la main levée. Au-devant de cette table nous percevons différentes chaînes télé..
La surenchère télévisuelle et son système de consommation, notamment avec ses différentes chaînes satellitaires et ses télé réalités sont remis en question de façon notoire et bien originale afin d’exprimer ce malaise qui mine la télévision contemporaine que ce soit en Europe ou aux Etats-Unis et qui finit par se réduire à une caricature d’une certaine idée du divertissement qui abrutit le cerveau plus qu’il ne nourrit intelligemment. Toujours à propos du Christ Svën nous propose une série d’images qui s’appelle «what if» (que serait-il passé si) Jésus aurait été crucifié autrement? Aussi, l’artiste propose d’autres formes de crucifixion qui ne sont pas en forme de croix mais de Y.M.C.A, des initiales qui ne sont pas sans rappeler la fameuse chanson du groupe gay des années 1980, Village people. Nous sommes d’emblée prévenus, si vous voulez visiter cette expo il vous faudra vous munir d’une bonne dose d’humour et ouvrir votre esprit pour pouvoir pénétrer le monde large de Svën. Un monde bon enfant où la malice est reine. D’autres oeuvres tout aussi marrantes sont discernables dans cette expo dont il faut absolument visiter. Pour rappel, souvenez-vous que M.Slibard avait vendu son corps tout l’été et celui de sa femme pour pouvoir financer une des expos de Svën. Aussi, vous trouverez chez Issue 98 de nombreux coussins et autres objets dérivés de M.Slibard qui sont proposés à la vente au grand bonheur des fans. Les temps sont durs et l’art bénéfice de très peu de moyens de financement en Algérie, faut-il l’avouer, a fortiori dans le domaine privé. Aussi, l’idée de création de ces icônes sur objets marquetés est d’autant plus ingénieuse qu’elle évoque en effet en filigrane cette urgence et nécessaire soutien à la culture en Algérie. Une force et une fraîcheur immanquables made in Brokk’Art qui n’a de cesse d’inventer et d’imaginer des concepts par amour de l’art en vue de faire vivre ses créations et son espace d’art. Gare au gorille! Des paroles de Brassens en sont là détournés sur une BD qui rappelle celle de Rahan, mais qui leur donne le «la» à une vacherie bien algérienne pour conjurer le sort, toujours avec force conviction en dents de scie. M.Slibard et la coqueluche de Svën avec sa tête phallique n’ont pas fini de rhabiller tout le monde et de surprendre tout un chacun, tant que le génie créatif est là, tout va. Le public lui en tout cas est toujours au rendez-vous, belle preuve s’il en est que Brokk’Art n’en finit pas de surprendre et susciter la curiosité. C’est en effet quasiment le seul endroit aujourd’hui à Alger qui continue à étonner et entraîner le néophyte d’émerveillement en émerveillement. Brokk’Art n’est-il pas la pépinière des objets oniriques? assurément! L’expo de Svën est visible jusqu’au 12 mai à Issue 98 (98 Rue Didouche-Mourad Alger). Ce lieu en effet atypique se veut à la fois lieu d’art/galerie, résidence d’artistes, agence de design et concept store Art&Design.
A voir absolument. Plein de surprises vous attendent. Vous n’en finirez pas de sourire…



Lire l’article depuis sa source: lexpressiondz.com

Commentaires

commentaires