Le projet de lancement d’une télévision satellitaire généraliste de dimension euromaghrébine a germé, au début, à travers une proposition de partenariat avec des industriels espagnols.
Par la suite, d’autres devaient rejoindre cette initiative. «La personne qui m’avait encouragé à créer une chaîne de télévision s’est avéré être un sabordeur, un saboteur (rire). Il est allé ébruiter cela aux autorités algériennes. Après, j’ai relancé l’affaire avec deux partenaires espagnols et un autre algérien. Malheureusement, ces deux hommes d’affaires espagnols ont voulu me soudoyer.

Aussi, j’ai refusé tout marchandage. Ce qui a fait sortir de ses gonds mon compatriote. Mais cela ne m’a pas découragé. J’ai continué à échafauder le projet et, finalement, j’ai décidé de réaliser tout seul cette aventure. Et ce, avec l’aide d’un ami qui a des studios TV de production, une société audiovisuelle à travers un partenariat», indique Hichem Aboud.

La manne publicitaire dite «halal» : 5 milliards d’euros

Lors de l’étude technico-publicitaire portant création de la chaîne satellitaire Amel TV, jouissant de droit suisse, il découvrira l’existence d’une manne publicitaire considérable : «J’ai découvert un marché publicitaire extraordinaire. Le marché du halal (licite, permis selon la loi islamique).

Et qui n’a pas de support médiatique. Un marché de l’ordre de 5 milliards d’euros. Les gens ne trouvent pas où placer leurs annonces publicitaires. Parce que la législation française interdit la publicité communautaire.

Donc, Amel TV, est une télévision de droit suisse… J’estime qu’un média doit se financer par la publicité. Et non par de l’argent ‘sale’ et même de l’argent ‘propre’ provenant de parties occultes. Cela, je le refuse. J’ai lancé cinq journaux en Algérie.

Et je n’ai jamais eu recours au financement occulte…»

Le concept d’Amel TV est celui d’une télévision euromaghrébine selon les moyens disponibles. Une chaîne TV proposant des émissions, débats, interviews, éclairages, analyses… «Nous n’avons pas de dépenses à faire pour réaliser des reportages, des productions onéreuses… Tout se passe en studio. C’est une chaîne internationale, euromaghrébine. Elle n’est ni tunisienne ni marocaine.

C’est une chaîne qui donne à l’amazighité une place de choix. C’est tout le Maghreb qui est berbère… On n’a jamais vu un film chaoui en prime-time. Nous, nous le faisons et le ferons… Nous avons déposé des demandes d’accréditation auprès des autorités algériennes. Comme nous l’avons fait auprès de celles marocaines et tunisiennes…».

«Nous ne roulerons ni pour les régimes ni pour les partis d’opposition»

A la question portant sur l’usage et l’utilisation de la chaîne satellitaire Amel TV à des fins politico-politiciennes, à l’image d’un média d’opposition au pouvoir algérien sous d’autres cieux, Hichem Aboud répond que personne n’est dans la ligne de… mire : «Pourquoi s’opposer au pouvoir algérien ? Ou tunisien ou marocain ? Ce n’est pas notre rôle.

Nous sommes une chaîne de télévision euromaghrébine, internationale. Une entreprise commerciale. Nous n’avons absolument aucune relation avec des partis d’opposition. Qu’ils soient algériens, tunisiens ou marocains. Et nous ne roulerons pour aucune partie et aucun parti. Nous ne roulerons ni pour les régimes ni pour les partis d’opposition…

Et je ne vois pas pourquoi je vais faire le boulot de partis politiques amorphes, moribonds, n’existant que lors des joutes électorales. Et qui n’ont aucune audience populaire… Nous traiterons tous les sujets avec objectivité et professionnalisme. Nous ne pratiquons pas l’exclusion.

Pas d’esprit partisan. Pas de sujet tabou. Seules la haine, le racisme, le machisme et l’extrémisme n’ont pas de place chez-nous. Sinon, tout est sujet à débat.»

Pour le lancement expérimental de cette fraîche émoulue chaîne de télévision à vocation européenne et maghrébine, un programme divers devait être proposé hier : un débat d’actualité consacré à la sélection nationale algérienne de football, rehaussé par la participation d’analystes de renom, des causeries religieuses en arabe et français, des chants religieux (madih) et un documentaire consacré à de jeunes Françaises et Français convertis à l’islam, un autre portant sur l’Histoire des Amazigh au Maghreb.

Et pour clore la soirée, Amel TV innove en diffusant, pour la première fois en prime-time sur le petit écran, un film en tamazight-chaoui sous-titré en français. Le lancement inaugural d’Amel TV est prévu pour jeudi.
 

Amel TV est sur la fréquence : Nilesat 10873 Verticale 27500



Lire l’article depuis sa source: elwatan.com

Commentaires

commentaires